La France en Centrafrique: gendarme ou otage ?

Posté par mrc22 le 26 février 2014

Communiqué de Marie-Françoise Bechtel, député de l’Aisne et 1ère vice-présidente du MRC,

mardi 25 février 2014.

bechtel2

La France ne pouvait s’exonérer de ses responsabilités historiques en Afrique. C’est pourquoi elle est intervenue sous mandat de l’ONU au Mali puis en Centrafrique.

Il y a toutefois des différences profondes entre ces deux situations : au Mali nous luttons clairement contre le terrorisme, en Centrafrique la France se retrouve au milieu d’une situation qui tend à devenir inextricable entre des groupes porteurs d’une violence extrême, un système de représailles qui devient incontrôlable. La déliquescence de l’Etat avait sans doute été sous-estimée jusque-là.

Nos troupes sur place font tout ce qu’elles peuvent dans des conditions de plus en plus difficiles. Ne pouvant partir en laissant derrière elle une telle situation, la France, bien loin d’être un gendarme est plutôt en train de devenir un otage en ce sens qu’elle n’est plus libre de partir.

Il y a au moins un point commun avec le Mali : une Europe aux abonnés absents qui compte sur la France pour faire le travail. Mais celui- ci devient si difficile que cette inertie ne pourra durer éternellement. C’est à présent à la force internationale de prendre ses responsabilités. Et vite.

  

Laisser un commentaire

 

mbz1 |
les acteurs de l'essonne |
palistro |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SAINT DIE DES VOSGES DIFFER...
| Racisme Anti Kabyles
| alfredsylvens