La France en Centrafrique: gendarme ou otage ?

Posté par mrc22 le 26 février 2014

Communiqué de Marie-Françoise Bechtel, député de l’Aisne et 1ère vice-présidente du MRC,

mardi 25 février 2014.

bechtel2

La France ne pouvait s’exonérer de ses responsabilités historiques en Afrique. C’est pourquoi elle est intervenue sous mandat de l’ONU au Mali puis en Centrafrique.

Il y a toutefois des différences profondes entre ces deux situations : au Mali nous luttons clairement contre le terrorisme, en Centrafrique la France se retrouve au milieu d’une situation qui tend à devenir inextricable entre des groupes porteurs d’une violence extrême, un système de représailles qui devient incontrôlable. La déliquescence de l’Etat avait sans doute été sous-estimée jusque-là.

Nos troupes sur place font tout ce qu’elles peuvent dans des conditions de plus en plus difficiles. Ne pouvant partir en laissant derrière elle une telle situation, la France, bien loin d’être un gendarme est plutôt en train de devenir un otage en ce sens qu’elle n’est plus libre de partir.

Il y a au moins un point commun avec le Mali : une Europe aux abonnés absents qui compte sur la France pour faire le travail. Mais celui- ci devient si difficile que cette inertie ne pourra durer éternellement. C’est à présent à la force internationale de prendre ses responsabilités. Et vite.

  

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Chômage: des chiffres inquiétants

Posté par mrc22 le 2 février 2014

Communiqué de Jean-Luc Laurent, Président du MRC et député du Val-de-Marne, lundi 27 janvier 2014.

jean luc laurent             chomage7

Les chiffres du chômage rendus publics ce lundi 27 janvier sont préoccupants. En concluant 2013 par une augmentation du nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A, ils ouvrent la perspective d’une nouvelle année de stagnation avec une croissance minimale et un chômage très élevé.

La France se trouve toujours confrontée à une crise de l’offre conjuguée à celle de la demande à l’échelle européenne. La voie tracée par François Hollande le 14 janvier n’y apporte qu’une réponse partielle.

L’OFCE a clairement montré qu’en faisant le choix d’un redressement structurel des finances publiques d’une ampleur inédite, le Gouvernement a sacrifié les possibilités de reprise en 2012 et 2013. Les mêmes causes produiront les mêmes effets en 2014 et le Mouvement Républicain et Citoyen alerte le Gouvernement sur ce point.

La politique de compétitivité inaugurée par le rapport Gallois doit dépasser largement la seule baisse du coût du travail, qui est une mesure salutaire pour nos entreprises, et être associée à une remise en cause profonde du cadre européen. Il faut cesser de faire la guerre pour le Roi de Prusse et poser de manière urgente la question de l’euro et des politiques économiques menées en Europe.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Charte des langues régionales: une Assemblée qui joue avec la Constitution

Posté par mrc22 le 29 janvier 2014

Par Marie-Françoise Bechtel, députée de l’Aisne et 1ere vice-présidente du MRC, mercredi 29 janvier 2014.

bechtel  langues_regionales_2014__089256200_1016_15012014

Une Assemblée qui joue avec la Constitution : voilà le spectacle désolant qu’a offert hier l’hémicycle dans lequel une majorité écrasante des voix de gauche s’est prononcée pour une révision de la Constitution en vue de ratifier la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires.

Inconscience ou frivolité, d’aucuns n’y ont vu que du feu, considérant la ratification ultime de la Charte comme un simple sauvetage de langues menacées de disparition. D’autres y ont vu un moyen servir leur clientèle locale et de promouvoir leur région.

Changer la Constitution n’est pas un acte anodin. Quand un pays dispose de tout un arsenal législatif pour financer l’enseignement en langues régionales et permettre toutes les actions favorables à leur rayonnement, on ne change la Constitution que pour aller plus loin, beaucoup plus loin.

Ne soyons pas naïfs, il s’agirait de passer par-dessus les principes qui défendent aujourd’hui la laïcité pour servir la soupe aux régionalistes les plus féroces : certains demandent déjà l’abrogation de la loi Falloux pour permettre de financer les investissements de l’école privée – laquelle prend en charge une part non négligeable des enseignements en langues régionales – , abrogation contre laquelle toute la gauche laïque s’était mobilisée début 1994 lorsque François Bayrou avait voulu y procéder. On vise aussi sans doute la création d’un service public bis au guichet : verra-t-on dans ce pays la file bretonne arriver plus vite au guichet que la file franco-française… ou l’inverse ?

Avec tout cela, nous nous dirigeons vers un Etat qui deviendrait un vaste supermarché et ceci dans le pays de l’égalité citoyenne… Belle tâche en vérité !

La procédure n’en étant qu’à son début, le Mouvement républicain et citoyen veut croire que le Sénat saura avoir plus de sagesse.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

La dégradation de la note de la France pose la question de l’avenir de la monnaie unique

Posté par mrc22 le 16 janvier 2012

La dégradation de la note de la France pose la question de l’avenir de la monnaie unique aaa2-300x200

 » La perte du triple A par la France illustre la toute-puissance des marchés financiers et le fait que notre politique se fait désormais à la corbeille, contrairement aux assertions du Président de la république. Elle sanctionne surtout la cécité de nos élites, dont la monnaie unique a été depuis des décennies le projet commun.

La perte du triple A va fragiliser la zone euro. Il n’est pas sûr que la France puisse contribuer encore longtemps au Fonds européen de stabilité financière. L’Allemagne ne pourra pas demeurer le seul contributeur d’une zone euro transformée en tonneau des Danaïdes. Ou bien elle acceptera que la BCE puisse recourir à la création monétaire, ou bien il sera temps alors d’organiser la mutation de l’euro, de monnaie unique en monnaie commune.

Si les taux d’intérêt auxquels la France emprunte doivent s’élever ne serait-ce que d’un point, la France ne pourra plus contribuer à un niveau significatif au Fonds européen de stabilité financière. Le maintien de la monnaie unique tendra donc inutilement les relations franco-allemandes.

Le passage de l’euro de monnaie unique à une monnaie commune devient un scénario de plus en plus réaliste. Ce sera l’objet d’un débat ouvert à la presse auquel j’ai convié des économistes (Jean-Paul Fitoussi, Jean-Luc Gréau, Philippe Murer et Jean-Claude Werrebrouck) ce lundi 16 janvier à 18h. « 

Jean-Pierre Chevènement

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

12
 

mbz1 |
les acteurs de l'essonne |
palistro |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SAINT DIE DES VOSGES DIFFER...
| Racisme Anti Kabyles
| alfredsylvens